Un village, une rivière, un parc...
MÉCHOUI
Vente de billet
Billet en vente au Café Dep le Gourmet et au Bureau municipal
actualités
26 mai 2017
CAMP DE JOUR
Inscription
24 juin 2017
FÊTE DE LA ST-JEAN
Activités pour la journée
26 mai 2017
JARDIN COMMUNAUTAIRE
Emplacements disponibles
SAINTE-GENEVIÈVE-DE-BATISCAN EN QUELQUES BRIDES D'HISTOIRE



L'année de sa fondation en 1833, Sainte-Geneviève-de-Batiscan aurait pratiquement été en mesure de fêter le 150ième de l'arrivée du premier colon sur les rives de la rivière Batiscan, puisque la première terre fut octroyée dès 1685, à un nommé Lefebvre, soit 148 ans plus tôt.

Les terres le long de la rivière Batiscan, d'une largeur de deux (2) lieues au fleuve Saint-Laurent sur une profondeur de vingt (20) lieues avaient été concédées aux Jésuites en 1639.  Ceux-ci avaient l'intention d'y établir les indiens Attikamèques (poissons blancs) fuyant Trois-Rivières par crainte des Iroquois.  Bien que ne s'étant jamais établis de façon définitive le long des rives, les Attikamèques utilisaient cette voie de communication naturelle pour le commerce de fourrures et y érigeaient des campements temporaires.

Cette voie de communication qu'est la rivière Batiscan fut aussi rapidement utilisée par les colons en provenance de Batiscan et des seigneuries avoisinantes pour le commerce des fourrures et du bois.

De plus les terres semblant être propices à l'agriculture, ces derniers, dans le but d'agrandir leur héritage ou pour y installer leurs proches, acquirent graduellement des terres le long des deux rives.  C'est ainsi qu'entre 1685 et 1719, cinquante et un colons, vingt à l'ouest de la rivière et trente et un à l'est, y possédaient des terres.

La population étant suffisamment importante, on érigea dès l'année 1723 une chapelle, à la jonction de la rivière Batiscan et du ruisseau Veillet.  Ce lieu devenait ainsi une mission de la paroisse de Batiscan sous la vacable de Sainte-Geneviève, patronne de Paris, lieu où fut ordonné l'abbé Gervais Lefebvre, curé de Batiscan et premier desservant de cette mission.  Donc à quelque huit kilomètres par voie d'eau du fleuve Saint-Laurent, naissait Sainte-Geneviève-de-Batiscan.

Les pionniers installés à Sainte-Geneviève-de-Batiscan firent preuve d'un tel dynamisme, que cette mission ne tarda pas à supplanter la paroisse dont elle était issue, soit Batiscan, de telle sorte qu'en 1832, la population était le double de celles de Batiscan et de Saint-Stanislas réunies et que la production agricole ainsi que l'élevage d'animaux domestiques dépassaient en importance celles des deux paroisses avoisinantes.

Lors de son érection canonique, soit le 16 août 1833, Sainte-Geneviève-de-Batiscan possédait déjà un passé riche en réalisations et prometteur pour l'avenir.